La version de votre navigateur est obsolète. Afin de profiter pleinement du site Jet-Net.org, merci de télécharger la dernière verison d'Internet Explorer en cliquant ici.
Document sans titre
Vous allez pratiquer le JET cette été alors prenez le temps de vous informer sur les règles de bonne conduite en VNM

Voila, les vacances sont parties et beaucoup vont pratiquer le JET cette été.
Un petit rappel sur les règles de sécutites n'est jamais de trop.
En respectant ces quelques règles vous allez pratiquer le JET avec un immense plaisir et une grande sécurité pour vous et les autres

 

RESPECTER LA REGLEMENTATION

Respecter les règles de navigation propres au JET : vitesse et zone d'évolution.

  • La vitesse est réglementée, plus particulièrement dans la bande des 300m où il ne faut pas dépasser les 5 nœuds, mais aussi, quelques fois, sur des zones bien définies entre des îles ou dans des baies, par exemple.
  • Il faut également prendre en compte les règles de barre auxquelles sont astreintes les VNM comme tout autre navire.
  • De plus, le VNM est limité, pour celui dit à JET à bras à 1 Mille marins maximum d'un abri et à 6 Milles maximum pour celui dit à JET à selle.

Posséder et détenir à bord du JET les documents officiels : carte de circulation, titre de conduite et assurance, le tout protégé de l'humidité.

  • Le pilote doit être titulaire à minima du permis côtier ou équivalent.
  • Il doit posséder à bord, en plus de son permis, la carte de circulation et l'éventuelle attestation d'assurance de son VNM.

NAVIGUER EN SECURITE

Posséder, en parfait état, le matériel de sécurité du JET : un bout de remorquage, un gilet d'aide à la flottabilité et un moyen de signalisation lumineux par personne.
Les éléments obligatoires de sécurité sont :

  • Un équipement individuel de flottabilité par personne (gilet) ou une combinaison portée. Mais, par expérience, le gilet d'aide à la flottabilité de 50 Newtons est un minimum.
  • Un moyen de repérage lumineux par personne porté par cette dernière. 
  • Un dispositif de remorquage point d'ancrage et un bout de remorquage. Il est préférable que ce dernier soit équipé d'un mousqueton de grande taille pour faciliter son accrochage à l'anneau de remorquage du JET.

Ne jamais naviguer seul, autant que possible.

  • Naviguer à plusieurs permet de se porter assistance mutuellement ou, au pire, de pouvoir transmettre rapidement l'alerte en cas de danger ou de détresse.

SAVOIR VIVRE ENSEMBLE

Partager l'espace maritime en bonne intelligence en s'écartant autant que possible de la route des autres embarcations ou de celles au mouillage.

  • Cette démarche permet d'atténuer les nuisances potentielles certes faibles, mais présentent que l'on pourrait générer envers les autres usagers.

S'écarter significativement des côtes les jours de vent de mer, dans la limite des règles de navigation. Inversement, se rapprocher des côtes les jours de vent de terre.

  • Ce comportement permet d'une part, d'atténuer les nuisances sonores envers le public positionné sur la plage et d'autre part, d'avoir plus de temps pour transmettre une alerte ou être repéré si l'on a un problème, et ce, avant de trop dériver. En effet, par vent de mer, le VNM sera rapidement drossé à la côte et par vent de terre le VNM sera visible plus longtemps avant que sa dérive ne l'éloigne trop de la côte.

ADOPTER UN COMPORTEMENT DE BON PILOTE

Prendre connaissance de la météo et des contraintes de la zone de navigation avant de partir en mer.

  • La météo est souvent spécifique et son évolution peut être rapide en fonction des zones de navigation avec, par exemple en Méditerranée, des phénomènes orageux ou de fort et brusque coup de vent de Tramontane.
  • Chaque zone de navigation peut posséder des spécificités : zone réglementée que ce soit sur des secteurs ostréicoles ou conchylicoles, à forts courants, hauts fonds, etc. Dans le cadre de la préparation de votre navigation, la prise d'information auprès des acteurs locaux permettra de profiter pleinement de cette dernière et d'en connaître les spécificités.

Ne partir en mer qu'avec une machine entretenue et après vérification de cette dernière et de son parfait état de fonctionnement.
Le VNM est une machine très fiable sous réserve d'être bien entretenue et utilisée.
Un bon entretien consiste à :

  • Procéder à un hivernage lorsque l'on n'utilise pas un VNM pendant une longue période.
  • Procéder à une révision avant la remise en service d'un VNM.
  • Procéder aux révisions préconisées par les constructeurs.

Une bonne utilisation consiste à :

  • Procéder à une inspection du VNM avant de partir en mer.
  • Procéder à un rinçage complet et à une protection du VNM après chaque utilisation. 

Dans ces conditions, les capacités exceptionnelles de franchissement, la maniabilité et l'absence d'hélice apparente font du VNM un moyen de navigation et d'intervention très sûr et très apprécié pour le sauvetage en mer.

Informer une personne restée à terre de ses horaires et du secteur de navigation probable. 
Il est clair que plus on restreint la zone de recherche plus on optimise les chances de récupérer les naufragés en bonne santé.

LES PLUS DU BON PILOTE

Etre équipé d'une protection thermique, qu'elle soit solaire ou iso thermique.

  • La notion de déperdition thermique est très importante en mer, d'où l'intérêt de se protéger de ce risque en étant équipé au minimum d'un " shorty " ou d'une combinaison et ce, même en période estivale.
  • La protection solaire des yeux et de la peau est également à prendre en compte car la réverbération sur l'eau est très importante.
  • Avoir une bouteille d'eau à bord du VNM lors d'une ballade notamment n'est pas inutile.

Etre équipé d'un masque ou de lunettes de protection et, lorsque les conditions de navigation sont mauvaises, ne pas hésiter à s'équiper d'un casque intégral dépourvu de toute visière.

  • Le port d'un masque ou de lunettes de protection protège du soleil mais aussi et surtout des incessantes projections d'eau salée qui empêchent de voir correctement et irritent les yeux.
  • Le port d'un casque intégral dépourvu de toute visière peut protéger des chocs, notamment avec la colonne de direction du VNM. Il est vivement conseillé pour naviguer dans des conditions " musclées ".

Avoir avec soi un moyen de communication : un téléphone GSM sous housse étanche avec le N° du CROSS enregistré ou une radio VHF inférieure à 6 watts.

Posséder un moyen de communication sur soi permet de pouvoir transmettre rapidement une alerte et de ce fait, de pouvoir bénéficier d'un déclenchement précoce des secours. Souvent quand le déclenchement de l'alerte est tardif, il se solde souvent par un bilan dramatique car beaucoup de paramètres rentrent alors en jeu (conditions physiques et psychiques du naufragé, dérive, évolution de la météo, etc.).

Avoir à bord du JET un deuxième coupe circuit.

  • - Si l'on tombe de son VNM et que l'on perd le coupe circuit, il est très délicat, voir impossible pour certaines machines, de pouvoir naviguer sans ce dernier.

Porter une tenue de couleur vive sur la partie supérieure du corps.
En mer pour être sauvé, il faut être vu. C'est tout l'intérêt du moyen de repérage lumineux. Mais si la partie supérieure du corps est bien visible, cela permet d'être repéré plus facilement et donc d'être récupéré rapidement. Il est donc important de porter une couleur vive sur la partie supérieure du corps. Si ce n'est pas le cas, un simple gilet fluo jaune ou orange, comme tout le monde est censé en posséder un dans son véhicule routier, que l'on enfilerait en cas de panne, pourrait augmenter significativement la visibilité.

En cas de panne, ne jamais abandonner son JET pour tenter de rejoindre la terre à la nage.
Il sera toujours plus facile de repérer un VNM sur l'eau (signature thermique ou radar) plutôt qu'une tête qui dépasse de l'eau. De plus, le fait de rester sur le VNM permet de limiter les déperditions thermiques car dans l'eau, elles sont plus importantes que dans l'air. De plus si la personne est positionnée sur le VNM, son moyen de repérage lumineux sera visible d'encore plus loin que si elle est immergée partiellement.

LES GESTES DU PILOTE ECO RESPONSABLE

Limiter autant que possible les rejets lors des ravitaillements, de l'entretien ou des rinçages.
Les espaces maritimes ou fluviaux sont des espaces partagés. Les préserver et les respecter sont les meilleures garanties de pouvoir continuer à en profiter et à y évoluer avec un maximum de plaisir.

Le 2015-05-25 16:49:52 Par Admin
Catégorie : Divers

Retour vers les News